Rechercher par mots clés :

M. Riot, C. Balland, P. Delmas, Pascal Villard, Maria Delli Carpini, F. Emeriault, S. Fourmont

Système de surveillance et d'alerte comprenant un géosynthétique bi-modulaire pour le renforcement des sols cohésifs sur les cavités

 

 

L'utilisation de géosynthétiques de renforcement pour prévenir les effondrements localisés tels que les cavités est aujourd'hui courante. De nombreuses études expérimentales et numériques permettent de comprendre précisément le comportement des géosynthétiques dans le cadre de ces applications. Dans le cadre du projet de recherche REGIC (renforcement par géosynthétiques intelligents sur cavités naturelles ou anthropiques), une solution innovante a été développée et brevetée par la société Afitexinov. Cette solution comprend un géosynthétique de renforcement spécifique couplé à un dispositif d'alerte autonome et à distance pour détecter un effondrement localisé ou une doline. Ce géosynthétique innovant est un géosynthétique de renforcement bi-modulaire inversé équipé de fibres optiques. Le premier module à faible résistance permet de détecter d'éventuelles déformations avant de transmettre la charge au second module à plus forte résistance. Ce système de renforcement en deux étapes garantit un haut degré de sécurité dès le début de la rupture.

La nouvelle solution géosynthétique présentée dans cet article vise à réduire les coûts et le temps liés à l'installation d'un système de surveillance sur un chantier de construction. L'installation et la mise en place de cette solution ne nécessitent pas la présence d'un expert sur place, grâce à un boîtier de surveillance autonome. Ce système Preditect est capable de surveiller les déformations du sol dans les grandes zones critiques et de détecter les défaillances souterraines potentielles. En cas d'événement inattendu, il lance une alerte automatique.

S. Fourmont, J-C. Pellez

Murs en terre innovants stabilisés mécaniquement avec des géocellules en géotextile

 

 

Les structures renforcées par des géosynthétiques consistent à augmenter les performances mécaniques d'un sol (principalement la résistance au cisaillement) en l'associant à des inclusions de géosynthétiques flexibles. L'une des questions importantes dans la construction de murs renforcés par des géosynthétiques est l'approvisionnement en matériaux de remblai naturels ayant les propriétés requises pour la stabilité du mur. En effet, contrairement aux géosynthétiques qui présentent des propriétés stables grâce à des contrôles de qualité approfondis au cours du processus de fabrication, la matrice du sol varie d'un site à l'autre et même du début à la fin des travaux d'excavation. Elle influence la stabilité du sol lui-même ainsi que l'interface sol-géosynthétique.

En minimisant l'influence des caractéristiques du sol sur la stabilité de la structure renforcée, les géocellules géotextiles M3S permettent, outre la construction de structures renforcées aux formes complexes, de réutiliser le matériau de sol excavé sur place pour construire le mur, y compris ceux dont les caractéristiques géotechniques sont très médiocres.

Cette publication présente le système cellulaire M3S et ses caractéristiques mécaniques et fonctionnelles. Elle donne également une étude de cas sur la construction en 2019 de deux murs MSE dans le cadre du contournement autoroutier de l'A71 sur le réseau APRR, en France.

Erika L Erlandson, Ian R Fleming

Essais en laboratoire à grande échelle de la performance des couvertures géosynthétiques de déchets miniers

 

 

La faible perméabilité des géomembranes en a fait un matériau utile pour prévenir les fuites de contaminants dans de nombreuses installations de confinement, telles que les décharges et les lagunes. Cette même caractéristique en fait également un choix intéressant pour les applications de couverture, en particulier dans l'industrie minière. Cependant, les couvertures en géomembrane n'ont pas été largement adoptées en raison du manque de recherches publiées sur leur efficacité. Pour remédier à ce manque de recherche, une étude de laboratoire à grande échelle a été réalisée pour quantifier la quantité de fuites obtenues par un défaut dans une couverture de géomembrane. Le taux de fuite a été évalué pour une variété d'angles de pente, de taux de précipitations, de microtopographie de surface, de tailles, de formes et d'emplacements de défauts. Il s'est avéré que le taux de fuite dépendait de tous ces facteurs à des degrés divers.

E. Tardif, J. Khamisse, P. Gendrin

rainage des lixiviats par géocomposite technique à la décharge sanitaire de Sofa

 

 

En 2018, le Municipal Development and Lending Fund of Palestine a commencé la construction de la décharge sanitaire de Sofa à Al Fukhkhary. Le système de revêtement du fond était initialement constitué d'une géomembrane PEHD de 2mm d'épaisseur, d'un géotextile de protection et d'une couche drainante en gravier de 0,45m d'épaisseur, sur une surface d'environ 60000m2. Une étude a été réalisée pour proposer un géocomposite drainant avec des mini-tuyaux Draintube, capable d'avoir les mêmes propriétés hydrauliques que la couche drainante. Le choix du produit a pris en compte l'ensemble de la géométrie du projet (épaisseur des déchets, géométrie du fond...) ainsi que les exigences du projet (spécifications mécaniques, etc.), car il fournit également une protection mécanique du système de revêtement. L'utilisation du géocomposite avec des mini-tuyaux a permis d'économiser 27000m3 de gravier drainant. De plus, la technologie de ce géocomposite avec mini-tuyaux évite le colmatage biologique et garantit ainsi son efficacité dans le temps. Afin de créer un préfiltre entre le géocomposite à mini-conduites et les déchets, une couche de protection de 0,15 m d'épaisseur a été installée. Le calcul des critères de rétention a montré l'adéquation entre la taille d'ouverture du filtre du géocomposite et l'analyse granulométrique de la couche de protection.

P. Saunier, E. Blond

Leçons tirées sur la performance des géocomposites à drainage multilinéaire pour les applications minières

 

 

L'assèchement des résidus est une préoccupation permanente pour les sociétés minières responsables. Les résidus mous et humides peuvent généralement entraîner des problèmes de stabilité dans les bassins de rétention ou les barrages, une empreinte environnementale excessive en raison de leur teneur élevée en eau et donc d'un volume important à stocker, et enfin peuvent augmenter les coûts totaux du processus à un niveau qui peut éventuellement rompre l'équilibre fragile de l'opération. Cette situation est devenue l'un des principaux problèmes à résoudre, avec des pressions environnementales et des autorités réglementaires plus fortes, ainsi qu'un marché en difficulté depuis près d'une décennie. Les géocomposites de drainage traditionnels sont généralement utilisés dans des applications où le débit à drainer est moyen, où les charges sur le produit sont de l'ordre de 500 kPa et où la teneur en fines du sol à drainer est faible. Cet article présente une revue des évaluations en laboratoire menées sur les géocomposites à drainage multilinéaire (MLDG) afin d'évaluer leur applicabilité dans le cadre de la déshydratation des résidus. Trois études ont été menées. Tout d'abord, des tests de transmissivité ont été réalisés sous des charges normales très élevées, jusqu'à 2MPa, afin de refléter les charges normales réellement subies par les résidus et les barrages. Des essais d'écoulement à long terme ont ensuite été réalisés pendant 90 jours. En outre, des essais de filtration modélisant les mécanismes impliqués dans le dépôt de résidus sous forme de boue ont été réalisés, en utilisant une version modifiée de la norme ASTM D5101. Un essai à l'échelle a été réalisé au Maroc en conséquence. Tous ces essais se sont révélés concluants et ont confirmé l'applicabilité du MLDG pour les applications de déshydratation des résidus. Une étude de cas d'un projet récent au Canada sera également présentée.

E. Vial, M. Vanhée, S. Fourmont

Géocomposite de drainage multilinéaire pour la dépressurisation des sous-sols et l'atténuation du radon

 

 

La dépressurisation des sous-sols (SSD) vise à réduire l'exposition des occupants d'un bâtiment aux gaz toxiques présents dans le sol. Ces gaz peuvent provenir de sols contaminés (comme les composés organiques volatils ou les gaz de décharge) ou être naturellement présents dans le sol (comme le radon). Le système SSD est composé de bas en haut d'un géotextile séparateur, d'une couche de drainage et d'un pare-vapeur. Un ou plusieurs puits de gaz sont placés en fonction de la concentration de gaz dans la zone et de la géométrie du bâtiment. Comme la plupart des systèmes SSD sont construits dans des zones à forte densité de population (par exemple, de nouvelles constructions dans d'anciennes zones industrielles), la circulation des camions et le bruit résultant des travaux d'excavation et du transport des matériaux granulaires constituent une nuisance pour les résidents. Ils endommagent également le réseau routier local qui n'est pas conçu pour supporter le trafic de véhicules lourds. Cet article présente le dimensionnement et l'utilisation d'un géocomposite de drainage multilinéaire comme élément du système SSD assurant les fonctions de séparation et de collecte des gaz. Le géocomposite est composé de couches de géotextile non tissé incorporant des mini-tuyaux perforés régulièrement espacés sur toute la longueur du rouleau. Il est relié à un tuyau collecteur et à la fosse à gaz. Il collecte les gaz du sol et réduit les pertes de charge grâce à la haute densité du réseau de mini-tuyaux perforés à l'intérieur du produit et aux raccords spécifiques utilisés pour connecter le produit au tuyau collecteur principal. Le dimensionnement du géocomposite est effectué à l'aide d'essais en laboratoire et de logiciels pour caractériser la capacité d'écoulement et les pertes de charge du système. Les géocomposites de drainage multilinéaire se sont avérés efficaces pour les systèmes de drainage passif et actif.

UN GROUPE, 7 ENTITÉS


Le groupe AFITEX